conflit chez maxi a sept-iles

Conflit de travail chez Maxi
Les négociations rompues

Sept-Iles – Les négociations entre les parties patronales et syndicales des treize Maxi de l’Est-du-Québec ont été rompues en fin de semaine dernière. Les deux parties ont négocié intensément dans la journée de jeudi, le 11 décembre et du samedi, 13. Les négociations se sont déroulées jusqu’aux petites heures du matin, sans pour autant en venir à une entente. Aucune rencontre n’est prévue avant Noël.

Les employés qui souhaitaient régler le conflit de travail qui perdure depuis le 22 octobre dernier chez Maxi avant les Fêtes seront déçus. En effet, les négociations de la semaine dernière n’ont mené à rien de positif entre les deux parties. Aucune négociation n’est prévue avant les Fêtes. Les grévistes disposeront tout de même d’un congé de piquetage du 23 décembre au 5 janvier. «Nous voulons que les employés profitent quand même de la période des Fêtes, et ce, malgré le conflit qui perdure», affirme Gaétan O’Connor, représentant des TUAC 503 sur la Côte-Nord.

À la demande des conciliateurs du ministère du Travail, les deux parties ont accepté de s’asseoir à la même table le 11 décembre dernier. La rencontre s’est tenue jusqu’aux petites heures du matin selon ce que rapporte André Dumas, président des TUAC 503. Une seconde rencontre a eu lieu, le samedi suivant. «Malheureusement, la conciliation a pris fin sans que les parties puissent en venir à une entente», déplore M. Dumas.

Marche de solidarité

Le 10 décembre dernier, plusieurs dizaines de travailleurs et supporteurs se sont rassemblés pour tenir une marche de solidarité. La marche s’est faite en direction du magasin Provigo, situé à Place des Cormiers. Les grévistes de chez Maxi invitent les consommateurs à témoigner de leur solidarité en ne faisant pas leurs emplettes chez Provigo. Maxi et Provigo sont membres du groupe Loblaws. Lors de la marche, Daniel Blais s’est adressé aux travailleurs en grève. Le représentant de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) parlait au nom du président de la FTQ, Michel Arsenault, retenu à Montréal.Les deux présidents des conseils,côte-nord et haute côte-nord étaient de la marche,Robert Roy et Réjean Girard.