Fête internationale des travailleuses et des travailleurs

Photo : Charlaine Sirois

Le 1er mai, à l’occasion de Fête internationale des travailleuses et des travailleurs, à Baie-Comeau, les portes des bureaux du gouvernement du Québec ont été cadenassées. Environ 350 personnes ont participé aux diverses actions : visite de député, appui à la manifestation des étudiants et des professeurs du cégep, marche avec les employés du secteur public, blocage de la route 138 à l’entrée de la ville, fermeture de la SAQ et rencontre fraternelle. À Sept-Îles, une centaine de personnes ont bloqué la circulation aux véhicules lourds sur la route 138 et une manifestation intersyndicale a eu lieu devant le centre hospitalier.

Des actions de perturbations aux quatre coins du Québec contre les politiques d’austérité

La Fête internationale des travailleuses et des travailleurs a connu une tournure bien particulière cette année. Aux quatre coins de la province, des milliers de membres des syndicats, des groupes communautaires, des étudiantes et étudiants ont manifesté leur inquiétude par rapport aux politiques d’austérité du gouvernement Couillard. Des actions-surprises de perturbations économiques et sociales, ainsi que des piquets de grève devant plusieurs établissements et lieux de travail ont eu lieu dans plusieurs villes.

La réponse à l’appel à la mobilisation témoigne de la grogne populaire qui prend de l’ampleur au gré des annonces gouvernementales de nouvelles coupes sous le prétexte de l’équilibre budgétaire. Partout au Québec, on a scandé que d’autres choix que l’austérité sont possibles.