Le gouvernement doit se mettre en mode urgence dans le dossier Mine Arnaud

Projet de Mine Arnaud à Sept-Îles

Sept-Îles, le 25 novembre 2014. – Le Conseil régional FTQ Sept-Îles et Côte-Nord et le syndicat des Métallos pressent le gouvernement du Québec d’agir rapidement pour l’emploi dans la région. Alors que la minière Cliffs Natural Resources vient d’annoncer la fermeture de sa mine de fer du lac Bloom près de Fermont et la perte de 600 bons emplois dans la région, il est urgent que le gouvernement accélère les démarches pour la mise en place de toutes les conditions nécessaires à la construction du projet de Mine Arnaud.

« Qu’il y ait des conditions comme dans tous les projets miniers, on est d’accord avec ça, mais il ne faut pas oublier qu’au bout du compte, il y a des centaines d’emplois en jeu, des centaines de familles dont la survie dépend de la rapidité à laquelle ces conditions sont mises en place », explique le conseiller régional de la FTQ pour la Côte-Nord, Bertrand Méthot.

« Les travailleurs et les travailleuses du secteur minier souhaiteraient que le gouvernement du Québec se mette en mode urgence sur le dossier de la Mine Arnaud », ajoute le coordonnateur régional du syndicat des Métallos, Dominic Lemieux. « La baisse des cours du fer fait mal à notre économie régionale, c’est le temps d’offrir d’autres débouchés d’emploi et de développement économique, c’est le temps d’accélérer les choses à Québec », conclut M. Lemieux.

Au cours de l’année, l’économie de la Côte-Nord a encaissé plusieurs coups durs, dont la fermeture de la mine de fer Scully dont dépendaient une centaine d’emplois à Sept-Îles affectés au transbordement du fer. Les deux organisations voient dans le projet Mine Arnaud des possibilités de diversification économique pour la région de Sept-Îles. Cela dit, il importe que le développement minier se fasse dans le respect de l’environnement et des communautés. C’est pourquoi l’exercice du BAPE doit être rapidement mené à sa conclusion afin que le projet voie le jour dans le respect des principes de développement durable.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses. Dans la région de la Côte-Nord, 14 000 personnes sont membres de la FTQ, dont environ la moitié fait partie des Métallos.